PHYSIOLOGIE DE LA TRANSPIRATION
MECANISMES DE CONTROLE DE LA TRANSPIRATION :

Ils sont nerveux et hormonaux.

I) Mécanismes nerveux:

hypothalamus

Ils comportent les nerfs sudoraux et les centres nerveux sus-jacents.

 

Ils stimulent directement la transpiration.

a) Les nerfs sudoraux forment un riche réseau de fibres autour de la glande. Une partie est destinée aux cellules sécrétrices et les autres innervent les cellules motrices. Le système sympathique contrôle la transpiration. les glandes peuvent être stimulées par les agonistes cholinergiques et adrénergiques a et b.

b) Les centres médullaires et cérébraux.

Le centre principal est dans l'hypothalamus. Il envoie des fibres dans les racines ventrales de la moelle qui font relais dans les ganglions sympathiques para vertébraux.

ggsympath
Les fibres post ganglionnaires utilisent les nerfs spinaux correspondants pour se distribuer aux glandes de la sudation.
Les ganglions D1 à D4 innervent les glandes de la tête et du cou, D2 à D8 celles des membres supérieurs, D6 à D10 le tronc, D11 etD12 celles des membres inférieurs.

Les voies afférentes sont stimulées par des capteurs sensibles à la température centrale et à celle de la peau.
Le taux de sudation est aussi modulé par des paramètres physiques dans le voisinage immédiat des glandes. Elles sont stimulées par une augmentation de température de 5° environ. Une chute de la température locale de la peau, de l'humidité ou du flux sanguin local diminue l'activité de la glande concernée. Un manque d'eau à l'intérieur du corps humain diminuera le taux de sudation global.

II) Mécanismes hormonaux:

Ils ont surtout une action sur la composition de la sueur.
Ils permettent lors de la sudation de maintenir un équilibre hydro électrolytique.

III) COMPOSITION DE LA SUEUR :

La sueur est une solution saline hypotonique (99% d'eau) dont il est difficile de donner une composition exacte qui ne soit pas un cliché instantané tant celle-ci peut varier en fonction du siège, des conditions de renouvellement, du type de stimulation sudorale et de l'adaptation du sujet.

IV) LES STIMULI DE LA TRANSPIRATION :

a) La réponse sudorale thermique:

Elle est d'abord liée au nombre de glandes stimulées, puis à une augmentation du rendement de chacune. Ceci demande un certain temps de latence. Grossièrement, le tronc assure 50% de la sudation thermique, les membres inférieurs 25%, le reste étant assuré par les membres supérieurs et la tête. Certaines zones sont particulièrement actives par exemple: le front, le dos et la région médio thoracique antérieure. C'est donc le tronc qui participe avant tout à l'adaptation sudorale thermique.

b) La réponse sudorale psychique:

Celle-ci n'apparaît qu'après un stress émotionnel qui lui a valu le qualificatif de "sueur froide". Cette sudation est caractérisée par son origine centrale, sa rapidité d'apparition (moins de 20 secondes) qui semble liée à la contraction des glandes chassant la sueur à l'extérieur. Sa topographie est particulière puisqu'elle apparaît dans des zones, soit presque exclusivement froides comme les paumes et les plantes, soit en des zones mixtes comme le front, les plis axillaires, inguinaux ou poplités; néanmoins dans une température ambiante élevée, au-dessus de 31°, elle peut se voir sur toute la surface du corps.

c) La réponse sudorale gustative:

Elle se produit chez beaucoup de gens normaux après l'ingestion de piment. Cette transpiration du visage qui s'étend parfois au cou et à la partie supérieure du tronc est dépendante d'un arc réflexe médullaire. Cette sudation peut être contrôlée par l'usage d'un anti transpirant comme le Sweat-Off.