Index de l'article

Questions fréquentes sur la ionophorèse

"POURQUOI NE PAS AVOIR CRÉÉ UN APPAREIL D'IONOPHORÈSE AVEC UNE INVERSION AUTOMATIQUE DES POLARITÉS ?"

P

arce que les résultats ne sont pas bons, nous avons donc définitivement écarté cette option. Notre expérience dans ce domaine a été déterminante; nous avons constaté les éléments suivants:

  • - Les patients qui transpirent tolèrent de façon différente le passage du courant de ionophorèse.
  • - Pour un même sujet, cette tolérance évolue d'une séance à l'autre, mais également durant une seule séance. Notre protocole préconise deux phases de dix minutes. Pendant la première, phase l'intensité du courant supportée, ne sera que de quelques milliampères pour certains, pour d'autres, elle sera égale à l'intensité optimale. Durant la deuxième phase, l'intensité appliquée n'est pas obligatoirement identique à celle de la première.

Dans ces conditions, il faut donc pouvoir à tout moment procéder à des ajustements : réduire l'intensité pour éviter la brûlure ou la douleur puis l'augmenter de nouveau dès qu'elle est tolérée. Un système automatique ne peut jamais délivrer le courant optimal. De façon logique, nous avons récusé cette solution qui conduit à faire perdre du temps en multipliant les séances et dont les résultats sont forcément moins bons sur la transpiration. L'automatisme ne permet donc ni le respect de l'organisme de chacun, ni le gain de temps pour le sujet. De plus les perpétuelles variations du courant sont très désagréables. Une solution simple existe face à ces observations : le réglage manuel par les personnes elles-mêmes. Il permet de respecter la tolérance de chaque individu en tenant compte de son état psychologique (stress, fatigue ...) amenant à supporter de façon non identique le traitement au cours d'une même séance. Les sujets motivés acceptent volontiers cette prise en charge et cette autonomie. Les résultats sont meilleurs et plus rapides sur l'hyperhidrose parce qu'à tout instant, les intensités maximum supportées sont définies par eux-mêmes et peuvent être réduites ou augmentées.


 

"QUE SIGNIFIE LA SÉCURITÉ POUR i2m ?"

I

l existe une législation européenne qui oblige un constructeur à soumettre les appareils médicaux à un agrément, c’est le marquage CE. Il est délivré aux constructeurs qui doivent soumettre leurs appareils à des laboratoires nationaux d'essais spécialisés dans le domaine médical. Ce certificat se réfère à une norme générale qui, à notre avis, n'est pas assez restrictive en ce qui concerne la sécurité électrique des appareils de ionophorèse. Nos appareils, l'i2m-A, IDROSTAR, et Idrostar pro pulsé, permettent d'éviter l'utilisation du secteur pendant les traitements. Leurs sources d'énergie sont des batteries ou des piles. Cette technologie est beaucoup plus coûteuse que celle d'un appareil qui fonctionne sur le secteur, mais notre éthique est de vous proposer une sécurité totale. De plus les appareils fonctionnant sur le secteur doivent bénéficier d'une mise à la terre sérieuse. L'utilisation de ce type d'appareil impose donc un diagnostic fait par un organisme officiel PROMOTELEC qui garantira la conformité de votre installation électrique (Coût du diagnostic 80€ TTC.) Pour conclure nous citerons les propos d’un expert en la matière : "L'usager doit être prêt à dépenser une certaine somme supplémentaire pour améliorer la sécurité, réalisant une assurance complémentaire qui comme chacun sait, ne coûte cher qu'avant l'accident". D. FOLLIOT, médecin du travail E.D.F. et G.D.F.- " Les accidents d'origine électrique, leur prévention ". Éditions Masson(1982).

 


 

"LE DÉPASSEMENT DU TEMPS DE TRAITEMENT PRÉSENTE-T-IL UN RISQUE ?"

N

on, il ne présente pas de risque majeur puisqu'il peut être parfois avantageux d'allonger les temps de traitement, soit pour habituer le sujet à certaines intensités, soit pour traiter des cas rebelles. Vingt minutes de traitement pour deux extrémités (mains ou pieds) constituent un ordre de grandeur moyen. Ce temps est souvent suffisant, mais peut être augmenté. Le médecin est seul juge.

 


 

"LE STÉRILET EST-IL UNE CONTRE-INDICATION ?"

C

e n'est pas une contre-indication formelle, mais relative. "Bien qu'il n'existe pas d'étude à l'heure actuelle sur les effets à long terme de l'ionophorèse, aucun effet secondaire immédiat n'a été observé chez les femmes porteuses d'un stérilet. Il est cependant conseillé de veiller à son changement plus fréquent". (Lota I. - La ionophorèse dans le traitement de l'hyperhidrose palmo-plantaire. Thèse Université Aix-Marseille II, 1989 :37.)

 


 

"COMMENT SE SITUE L'IONOPHORÈSE DANS LE TRAITEMENT DES AISSELLES? "

L

es anti-transpirants locaux comme le Sweat-Off ou le Purax Lotion sont en général suffisants pour traiter une hyperhidrose axillaire importante, néanmoins ces produits sont quelquefois insuffisants. Dans ce cas, la ionophorèse peut être une bonne option. Certaines études scientifiques annoncent une moins bonne efficacité de ce traitement au niveau des aisselles et des problèmes d'irritation. C'est la raison pour laquelle nous avons mis au point et breveté des électrodes spécifiquement adaptées au traitement des aisselles : les électrodes Axilla.

 


 

"À QUEL MOMENT DOIS-JE FAIRE MA SÉANCE D’ENTRETIEN ? "

U

ne fois le protocole d’attaque terminé, vous ne devez faire une séance d’entretien que lorsque vous sentez une légère reprise de la transpiration. C’est cette légère reprise de la transpiration et uniquement celle-ci qui doit vous guider quand au moment de refaire une séance. Il existe quelques fois chez certaines personnes un signe plus précoce ; avant la reprise de la transpiration, ces personnes sentent que leurs mains sont plus froides, si c’est le cas chez vous, ce signe doit vous alerter, et vous faire penser qu’une séance sera bientôt nécessaire.

 


 

"JE ME TRAITE DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES ET JUSQUE-LÀ TOUT ALLAIT BIEN. MAIS DEPUIS QUELQUE TEMPS LE TRAITEMENT NE DONNE PLUS LES RÉSULTATS ESCOMPTES, J’AI L’IMPRESSION QUE JE NE RÉPONDS PLUS À L’IONOPHORÈSE. QUE DOIS-JE FAIRE ?"

N

e vous inquiétez pas, il n’existe pas de résistance à ce traitement. En revanche, il arrive que pour une raison ou une autre, une séance d’entretien soit faite trop tardivement. Dans ce cas, la séance ayant été trop tardive, elle n’est pas assez efficace et on entre dans une phase où les résultats seront médiocres, ne sachant pas trop quand il faut faire une séance. Il est en général assez difficile de revenir à un état satisfaisant lorsque l’on se trouve dans une situation aussi bancale, d’autant plus que cette situation est angoissante, car d’un seul coup on se retrouve confronté à l’idée de se retrouver dans la condition où l’on se trouvait avant de commencer la ionophorèse. Nous préconisons dans ce cas, d’arrêter tout traitement jusqu’à ce que l’hyperhidrose revienne à son niveau d’origine (minimum un mois), puis de reprendre un protocole complet, comme lorsqu’on institut un traitement pour la première fois.

 


 

"EST-CE QUE L’ON PEUT GUÉRIR SPONTANÉMENT DE L’HYPERHIDROSE ?"

O

ui, d’une façon générale l’hyperhidrose s’améliore avec l’âge, on considère qu’après quarante ans, l’hyperhidrose va commencer à s’améliorer. Malheureusement ce n’est pas toujours le cas et l’on voit des personnes âgées qui découvrent la ionophorèse tardivement, et sont heureuses de pouvoir enfin contrôler cette invalidité.

 


 

"EST-CE QU’APRÈS AVOIR BÉNÉFICIÉ PENDANT PLUSIEURS ANNÉES D’UN TRAITEMENT PAR IONOPHORÈSE, ON PEUT ESPÉRER GUÉRIR ?"

C

omme nous l’avons vu à la question précédente, l’hyperhidrose s’améliore souvent avec l’âge. Quoi qu'il en soit, nous savons que des personnes qui se traitent depuis plusieurs années voient le temps s’espacer entre chaque séance d’entretien. Nous avons aussi connu des cas où des personnes ont arrêté leur traitement pour diverses raisons et où l’hyperhidrose n’est jamais revenue à son état initial.

 


 

"LORSQUE JE ME TRAITE, JE NE RESSENS PRATIQUEMENT AUCUNE SENSATION, POURTANT LE GALVANOMÈTRE, MONTRE QU’IL Y A UN PASSAGE COURANT. EST-CE NORMAL ?"

L

a perception du passage du courant est éminemment variable d’une personne à l’autre. Certaines personnes vont avoir des sensations fortes et même désagréables à de faibles intensités, d’autres ne ressentiront pratiquement rien. Ce qui est important, c’est la quantité de courant qui passe. Pour un adulte l’intensité de traitement idéale doit être comprise entre 15 et 20 mA. En cas de doute vous pouvez faire vérifier par votre vendeur que votre appareil délivre bien le courant nécessaire.

 


 

"QUELLE QUANTITÉ D’EAU DOIS-JE METTRE DANS LES CUVES ?"

L

’eau ne sert qu’à conduire le courant, il est inutile et même mauvais de mettre trop d’eau. Vous devez mettre juste assez d’eau pour que la peau de la paume des mains et la plante des pieds soient juste mouillées. Ce traitement n’est pas un bain de pieds ou de mains. Il est inutile de mettre trop d’eau, le traitement sera aussi efficace sur les parties qui transpirent et qui ne sont pas en contact avec l’eau.

 


 

"LORSQUE JE ME TRAITE, J’AI DES ROUGEURS SUR LA PEAU AU DESSUS DE LA SURFACE DE L’EAU, EST-CE QUE JE RISQUE DES BRÛLURES ?"

C

ette rougeur est due à une vasodilatation des vaisseaux de la peau, c’est assez fréquent et c’est sans conséquence. En revanche si en cour de traitement vous ressentez une douleur vive et ponctuelle à un endroit précis de la paume de la main ou de la plante du pied, vous devez interrompre le traitement en redescendant l’intensité doucement à zéro et vérifier que vous n’avez pas une petite blessure dans laquelle le courant peut s’engouffrer et provoquer une brûlure électrique. Si c’est le cas, vous devez, après avoir bien séché cette zone, appliquer très peu d’un corps gras comme de la vaseline, juste sur cette zone pour la protéger du courant. Dans certains cas, on peut aussi utiliser du collodion qui a l’intérêt de se comporter comme un film adhérent et étanche.

 


 

"EST-CE QUE L’HYPERHIDROSE EST DUE AU STRESS ?"

L

es différentes études qui ont été réalisées ne montrent pas de profils psychologiques particuliers. On rencontre des hyperhidroses aussi bien chez les hyperanxieux que chez les plus placides. En revanche le stress peut accentuer une hyperhidrose existante ou même être le facteur révélateur de celle-ci.

 


 

"QUELLE EST LA FRÉQUENCE DE L’HYPERHIDROSE DANS LA POPULATION ?"

O

n évalue cette fréquence à environ 1% de la population pour les mains et environ 10% pour les pieds.

 


 

"JE TOURNE LE BOUTON DE MON APPAREIL ET L’INTENSITÉ N’AUGMENTE PAS SUR LE CADRAN, QUE CE PASSE T IL ?"

L

’intensité n’augmente pas sur le cadran si le circuit électrique n’est pas fermé. Vérifiez que tous les fils sont bien branchés et que vous êtes bien installé en position de traitement

 


 

"J’AI ÉTÉ OPÉRÉ ET DEPUIS L’OPÉRATION, J’AI DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES DANS LE CORPS. EST-CE UNE CONTRE INDICATION À L’IONOPHORÈSE ?"

S

i l’orthèse n’est pas sur le trajet du courant, ce n’est pas une contre indication. Par exemple : Vous avez une prothèse de hanche et vous ne traitez que les mains, le trajet du courant ne concerne pas la prothèse, ce n’est pas une contre indication. Par contre si vous désirez traiter les pieds, c’est une contre indication. Dans le doute, posez la question à un médecin.